Interview de Jean de webmarketingjunkie.com

Pour la 2e interview sur Aventure Personnelle, j’ai pu échanger avec Jean de Webmarketing Junkie dont les articles sont souvent pertinents et que je retweet allègrement.
Sur son blog Jean nous parle donc de marketing mais surtout de ses expériences : il a lancé son 1er site en 2002 !

$19/Mois seulement !

Bonjour Jean, peux-tu te présenter un peu ? Quel âge as-tu, où vis-tu et que fais-tu en ce moment ?

Bonjour kategriss. J’ai 30 ans, je vis un peu partout, et mon métier n’a pas vraiment de nom

J’ai vécu 5 ans en Roumanie entre 2004 et 2009, dans trois villes différentes, puis en France et en Belgique. J’ai quitté définitivement mon appartement ce mois-ci pour me lancer dans un «voyage perpétuel», qui m’amènera par exemple à Hong-Kong et en Thaïlande au mois de janvier.

Le métier que j’exerce depuis 2003 consiste à vivre de ce que je fais sur internet. J’ai développé beaucoup de projets au fil des années. Aujourd’hui, je développe des produits d’information (des formations, des guides, des livres…) que je vends sur internet.

Dans ton histoire on peut lire que tu as créé ton premier site web en 2002 et que tu l’as monétisé rapidement. Comment t’es venue cette idée alors que le net n’en était qu’à ses débuts ?

A cette époque, il était beaucoup plus facile de gagner de l’argent sur internet qu’aujourd’hui. En 2004, j’ai gagné 30 000$ en deux mois avec Adsense, en plaçant des publicités sur un annuaire en utilisant le même design pour les annonces et les « vrais liens ». Et en utilisant des techniques de référencement « poussées » qui ne fonctionnent plus aujourd’hui.

En 2010, il est toujours possible de vivre du web. Il est simplement nécessaire de choisir une stratégie qui fonctionne aujourd’hui. Beaucoup s’attendent à gagner leur vie en plaçant simplement quelques publicités sur un blog : ce n’est pas le chemin le plus facile.

Tu as déjà créé des entreprises, mais n’a jamais été salarié c’est ça ? Tu n’es pas curieux de voir l’envers du décor même pour tester ? Ça ne t’a jamais posé de problèmes ?

J’ai été salarié à temps partiel quand j’étais étudiant.

Depuis que je travaille pour moi, je n’ai aucune envie de revenir au salariat, même si  j’ai vécu des périodes difficiles. L’indépendance est ce à quoi je tiens le plus, et c’est d’ailleurs plus important pour moi d’être libre que de gagner de l’argent.

Si le choix se présentait, je préfèrerais gagner moins en étant indépendant que d’être salarié avec un excellent salaire.

Tu as pas mal voyagé, tu as du rencontrer beaucoup de gens et appréhender de nouvelles cultures. Peux-tu nous citer 5 temps forts de tes voyages ?

Parmi les souvenirs les plus marquants, je pourrais parler de celui d’un voyage à la mer avec des « amis » rencontrés sur plage dont l’objectif était en fait de me voler mes clés pendant mon sommeil pour me laisser sur place pendant qu’ils revenaient en ville me cambrioler…

Il y a bien sûr davantage de bons souvenirs. Le premier de l’an dans un village de montagne, et un voyage en traîneau tiré par des chevaux, sur la neige. Des amitiés qui se sont créées aux quatre coins de l’Europe. Les soirées autour du feu, sur la plage de Vama Veche…

Tu sembles être un Digital Nomad. Penses-tu continuer longtemps ce style de vie ou bien vas-tu un jour t’arrêter pour t’ancrer quelque part ? Pourquoi ?

Aujourd’hui, j’ai tendance à vouloir prendre la route dès que je reste plus d’un mois dans une ville. J’ai essayé à deux reprises de me stabiliser dans un lieu précis, pour repartir, à chaque fois.

Je ne planifie jamais vraiment mes voyages. Je pars souvent à l’imprévu, sans billet de retour. Je me décide souvent la veille pour le lendemain.

Web Marketing Junkie

Webmarketing Junkie est-il voué à détailler tes conseils et partager ton expérience ou est-il le tremplin pour promouvoir tes produits ?

Ma vision du marketing est différente de celle que j’ai apprise à l’école. Je crois en un marketing qui consiste à donner avant de recevoir. A “transformer des inconnus en amis, et des amis en clients”, selon les mots de Seth Godin.

Webmarketing Junkie est destiné à donner de l’information, à créer des relations avec les lecteurs, et à vendre des produits qui leur apportent davantage de valeur que le prix qu’ils y dépensent. C’est mon objectif et ma vision du business.

C’est aussi, à mon avis, la meilleure façon de développer facilement un business lorsqu’on n’a pas le budget d’une grande entreprise.

Au niveau personnel, cette approche apporte aussi une satisfaction qui dépasse de loin celle que peut apporter l’argent. On crée quelque chose. On entretient des liens avec des gens, qui sont à la fois des amis et des clients.

Justement, parlons un peu du marketing, tu en as donc une vision très positive (relations clients sur une base d’égalité, l’économie du don, rejet de l’auto-satisfaction…). Peux-tu nous donner 3 conseils fondamentaux avant de se lancer dans le web-marketing ?

Etre passionné par son sujet, continuer à se former tout le temps, en lisant des livres ou en assistant à des formations, et tout faire pour créer un lien avec ses clients qui dépasse l’achat unique, et s’inscrit sur la durée.

Côté indépendance, as-tu 3 astuces pour démarrer le chemin vers l’indépendance financière (et donc la liberté) ?

Ce ne sont pas vraiment des astuces, mais plutôt des principes :

  1. Il est nécessaire de remettre en cause beaucoup de notions que notre société et notre éducation nous ont inculquées. Par exemple, la valeur d’un travail ne se mesure pas au temps qu’on y passe. Et le risque n’est pas forcément là où l’on croit (ne pas se lancer alors qu’on en rêve, c’est aussi un risque : celui de finir sa vie sans jamais avoir essayé).
  2. On peut travailler moins pour gagner plus. Il s’agit de travailler mieux. Les plus grands succès ne sont pas obtenus par un travail acharné, mais par des idées ingénieuses. Au lieu de se concentrer sur la quantité de travail qu’on peut fournir, il vaut mieux abandonner ce qui n’apporte pas de résultats pour avoir plus de temps et de liberté d’esprit. On gagne en créativité, et donc en ingéniosité.
  3. Enfin, la formation continue est indispensable, surtout quand on travaille seul. En lisant un livre par semaine sur des sujets liés à son activité, on progresse à une vitesse folle. On peut devenir un expert, en quelques années.

Gagner sa vie sur internet

Pour gagner de l’argent sur le net, à ton avis par quoi faut-il commencer,
– si on a beaucoup de temps libre (chômage, vie étudiante…) ?
– si on en a peu (travail, enfants, engagements…) ?

Si on a beaucoup de temps libre, on peut monter un blog sur un sujet qui nous passionne. Gary Vaynerchuk de http://tv.winelibrary.com/ a transformé la boutique de quartier de ses parents en une société qui génère plusieurs milliers d’euros par mois en bloguant.

Tous les jours, il publie une vidéo sur un vin. Il raconte son histoire et sa passion dans son livre, Crush it.

On peut suivre son exemple : bloguer sur sa passion, et trouver un moyen de monétiser son site avec autre chose que de la publicité. On peut par exemple vendre un produit d’information, une formation (en ligne ou «dans la vraie vie»), organiser des événements…

Si on a moins de temps, on peut aussi créer un produit, et le vendre en achetant du trafic via Adwords ou d’autres plateformes. L’idée, c’est de bien s’y prendre pour dépenser moins que ce que l’on gagne…  Dans ma méthode « Gagnez votre vie sur internet », je donne une stratégie pas-à-pas pour y arriver, et être rentable en 6 semaines.

Et bien merci Jean pour ces réponses précises et intéressantes et au plaisir de te retrouver au détour d’un commentaire ou dans l’un de tes articles 😉

Que pensez-vous du parcours de Jean, vous inspire-t-il ? Avez-vous d’autres questions à lui poser ?


Pouvez-vous, vous aussi, obtenir plus de ventes ?
Depuis plus de 10 ans, AWeber a déjà aidé plus de 120 000 entreprises (blogs, sites, e-commerce) comme la vôtre à multiplier ses revenus et à construire une communauté soudée.
Faites-le test* aujourd'hui !

A propos kategriss

Passionnée de web, je vous propose de construire votre visibilité sur Internet. Vous êtes coach, formateur, consultant ? Obtenez un site à votre image qui vous apporte des clients.
Pour marque-pages : Permaliens.

6 Commentaires

  1. Interview très intéressante! Ca m’inspire beaucoup.
    Et le parcours de Jean est très encourageant, 90% des gens aimeraient voyager et gagner leur vie librement avec leurs passions (ici Internet). Bravo Jean pour cet exploit!
    Juste une chose a attiré mon attention: 30 000$ en 2 mois avec Adsense en 2004, je trouve cela énorme… Je ne dis pas que ce n’est pas possible, mais vue le trafic sur les blogs à cette époque, cela me semble beaucoup…

    En tout cas je vous félicite tous les 2 d’avoir mener cette interview formidable.

  2. Merci beaucoup pour cette interview de Jean Kategriss. Je suis aussi fascinée par son parcours. Mais à lire ces mails, regarder ses vidéos, il en ressort une chose c’est qu’il sait ce dont il parle … Vivre d’internet depuis 2003, personnellement je n’y avais même pas encore pensé …
    PS : Je viens de publier un article justement sur son livre “gagner votre vie sur internet” sur mon site … Avis aux amateurs 🙂

  3. Merci pour vos commentaires 😉

    @Elwaly : Pour les 30 000$, de ce que j’ai compris c’est parce que comme c’était les débuts, Adsense n’était pas aussi pointilleux sur l’aspect des annonces par exemple. Du coup, même couleurs, même type que les menus ou le contenu et hop…
    Mais Jean nous expliquera mieux ça lui-même.

    @sylvie : Je vais lire ton article de ce pas, la méthode m’intéresse de plus en plus et comme je vais bientôt avoir du temps libre, peut-être est-ce le moment d’essayer.
    Le dernier article : 5 conseils pour la semaine du 22-11

  4. Salut Kategriss

    Merci pour cette interview, c’était intéeressant. Parcours incroyable aussi.

    Je suis vraiment d’accord avec l’importance de se former/lire tout le temps, et ne jamais cesser de se spécailiser dans le domaine que l’on a choisi de traiter.

  5. Merci pour cette interview !

    A propos des $30000 sur Adsense : ce n’était pas sur un blog mais sur un annuaire. C’était un système assez complexe : les résultats de Yahoo et Altavista étaient récupérés par un bot “maison”, sur environ 100 000 mots clés. Des pages étaient générées automatiquement avec ce contenu, sur lequel les bannières Adsense avaient exactement le même look que les “vrais liens”.

    Bref, du bon vieux spamdexing… et une bonne expérience en référencement. Tout est retombé très vite quand Google a changé son algorithme et que les pages référencées sont retombées très bas dans les résultats de recherche.
    Le dernier article : Comment accomplir de grandes choses facilement avec des tests de 30 jours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge